M A R V E L . E V O L U T I O N
Jaymes I. Macbeth
RSS
RSS
Une fois votre fiche de personnage, journal intime, relationship et gestion des RPs de créés,
copiez les liens des pages, et collez-les dans votre Profil dans les champs appropriés.
Les joueurs auront directement accès aux informations de votre personnage.
Signalez vos absences à vos amis en allant dans votre Profil et en indiquant la durée.
Les joueurs seront ainsi informé de votre inactivité.
Utilisez la liste des liens utiles pour naviguer rapidement sur le forum.
Après validation, si vous souhaitez modifier votre personnage (race, pouvoirs...),
veuillez suivre les indications données.
Si vous rencontrez sur le forum un membre que vous n'appréciez pas et vous que aimeriez éviter,
allez dans la gestion des "Amis & Ignorés" dans votre profil.
Lisez attentivement le scénario Civil War afin de comprendre la situation actuelle du jeu.
Dans le jeu, vous avez connaissance de certaines informations concernant les autres groupes,
mais votre personnage lui n'est pas censé connaître ces informations (missions, lieux de rencontre, membres...).
N'abusez pas de toutes ces informations qui vous sont partagés, restez CRÉDIBLES.
Vous devez respecter la logique du niveau de votre personnage comme ça l'est indiqué dans le sujet
Système des Niveaux, dans ce même sujet, vous avez toutes les infos concernant les pouvoirs.
Les multi-comptes sont autorisés pour vos personnages inventés.
Toutefois, vous n'avez droit qu'à un seul personnage Marvel par joueur.
Lorsque vous souhaitez changer d'affiliation, faites-en la demande dans le sujet des Groupes.
Arrivé au niveau 3, les apprentis devront passer une épreuve finale (examen),
accompagné d'un ancien. En savoir plus.
Consultez le lexique pour connaître l'origine de certains lieux, objets...
Veuillez remplir le formulaire de votre Profil et de la Feuille de Personnage.
Consultez régulièrement le Panneau d'Affichage des affiliations pour être tenu informé de leurs activités.
Vous pouvez participer à la vie du forum et aider le Staff à améliorer l'organisation.

Partagez|

Jaymes I. Macbeth

<
avatarJaymes I. Macbeth
Date d'inscription : 23/07/2008
Nombre de messages : 7
Age : 26

Feuille de personnage
Niveau:
Race:
Pouvoirs:
MessageSujet: Jaymes I. Macbeth
Dim 27 Juil - 15:32




__» P r o l o g u e.

    « Fille unique issue de l'union d'Alice Handwell et de Robert Macbeth, Jaymes Ivy était une brillante élève, bien entourée et peut-être un peu trop gâtée. Seule sa maladresse omniprésente, sa poisse, l'empêchait d'être tant immature. Jusqu'à présent, la demoiselle vivait seule avec sa mère et les innombrables petits amis de cette dernière. Jusqu'à ce que l'opportunité de fuir ce décor de carte postale se présenta : elle était admise à Yale, une prestigieuse université, pour suivre un cursus d'Art Dramatique. Son rêve. Quelques jours après l'annonce de cette nouvelle, Jaymes faisait ses adieux à Alice et John, bagages en mains, s'apprêtant à commencer une nouvelle vie dans la grande ville des Etats-Unis. Tournant le dos à ce qui avait été une vie paisible et douce, mademoiselle Macbeth, dix huit ans, s'apprêtait à plonger dans une ville de cauchemars. »

______________________________________________________________________


__» Just a smile... Perfect ! M y s t e r i o u s L a m b
avatarJaymes I. Macbeth
Date d'inscription : 23/07/2008
Nombre de messages : 7
Age : 26

Feuille de personnage
Niveau:
Race:
Pouvoirs:
MessageSujet: Re: Jaymes I. Macbeth
Dim 27 Juil - 15:33


    { Noms & prénoms :
    Macbeth, Jaymes Ivy.
    { Surnoms :
    Jaymie, Jay', Ivy.
    { Age :
    18 ans.
    { Race :
    Humaine.
    { Camp :
    Neutre.


    { Personnage :
    Inventé.
    { Célébrité sur l'avatar :
    Ashley Greene.
    { Autres personnages :
    Non.
    { Code des règles :
    Validé

______________________________________________________________________


__» Just a smile... Perfect ! M y s t e r i o u s L a m b
avatarJaymes I. Macbeth
Date d'inscription : 23/07/2008
Nombre de messages : 7
Age : 26

Feuille de personnage
Niveau:
Race:
Pouvoirs:
MessageSujet: Re: Jaymes I. Macbeth
Dim 27 Juil - 15:33


    { Caractère :
    Maladroite. C'est probablement le meilleur terme pour la désigner, et pourtant il reste faible. Loin d'être naïve, lunatique, Jaymes a véritablement la poisse, à croire que le sort s'acharne sur elle. Si on se fit aux apparences, on pourrait dire que tout va bien pour la miss qui demeure calme, discrète, et vive d'esprit. Elle n'est pas stupide -elle suis un cursus de littérature dans la fac de New York et travaille au New York Times, ayant eu des résultats plus qu'honorables le long de son parcours scolaire- et stresse facilement pour un rien. D'où sa ponctualité, qui n'est que le reflet de son manque de confiance en elle, bien que la demoiselle ne s'en soit jamais réellement rendue compte. En faits, elle n'a jamais porté une réelle importance à sa personne, mais garde en mémoire nombres de détails inutiles : dates, lieux, horaires précis, maquillage, tenues vestimentaires, température, tout passe sous un peigne fin, et c'est une chance que Jaymes ait une mémoire d'éléphant pour retenir tant de superflus dans sa tête ! Si elle attache tant d'importance à des détails aussi insignifiants et inutiles, c'est parce qu'elle a la ferme conviction qu'un jour ces détails seront utiles. A bien la regarder, on croirait une héroïne de romans policier à la Agatha Christie. Néanmoins, la jeune femme aime bien s'amuser, profitant des toutes ces petites choses que font de la vie ce qu'elle est. A la voir sous cet aspect, on aurait crû avoir affaire à une personnalité des plus normales, or il s'avère que cette personnalité-là est aussi tordu que son esprit, et c'est là tout le complexe. Motivée d'une grande imagination et d'un sérieux presque déroutant, Jaymie a toujours su s'entourer de personnes fiables sachant la supporter, elle est son humour à la fois pathétique et cynique. Bien qu'elle ait toujours été entourée de ses proches, amis ou famille, la jeune femme s'est habituée à une semi-solitude entraînant un manque de confidence. Elle a beau accorder une grande importance à une personne, cet être pas plus qu'un autre n'espérera obtenir une confiance totale de sa part. Elle n'est pas associable : elle préfère garder ses soucis pour elle, car ils n'ont jamais été d'une importance vitale ou à conséquences fatales. C'est une femme indépendante, autonome, ouverte et attachante, qui maîtrise les dialogues comme les monologues. Elle n'est pas schizophrène pour autant, et ne passera jamais des rires aux larmes dans la même seconde. Sa réserve se mêle simplement à sa pudeur, sa priorité se basant sur la quiétude que doivent avoir ses proches quand il s'agit de Jaymes Macbeth elle-même. Hélas, la quiétude n'est pas au rendez-vous quand elle est dans les parages : la récente majeure ne manque pas une occasion pour trébucher, se cogner quelque part ou contre quelqu'un, entraînant cette personne dans sa chute, blessant immanquablement quelqu'un, si ce n'est pas elle. Cette fille est un danger pour tous, même pour elle, et ceci depuis bien longtemps. Il n'a jamais été très sain de se tenir en sa compagnie du moment qu'elle est en activité physique, ce qu'elle évite à tout prix. Elle se doit de se concentrer sur ses geste pour éviter de blesser quiconque ; elle a en grandissant fait bon usage de cette concentration dans divers domaines, comme dans les études. Simple maladresse ? Non : le sort s'acharne bel et bien sur la brunette, l'embarquant dans des situations impossibles, inextricables, dont elle s'échappait jusque là par pure chance. Toujours. In extremis. De là, sa maladresse et sa poisse engendra quelque chose que l'on peut rapprocher de la mauvaise humeur : Jaymes déteste avoir la pression, stressant facilement, et elle est aussi plutôt mauvaise perdante, bien qu'elle ne soit pas compétitive. Grand bien lui fasse, sa rancoeur n'a jamais été bien longue, tout semblant prendre des allures de jeux avec elle. Car bien qu'elle ne soit pas naïve ou bernée d'illusions, d'un optimisme sans limite, la demoiselle peut s'avérer frivole, riant d'un rien, s'amusant avec simplicité. Encore une fois, elle n'est pas stupide : elle manipule très bien l'ironie et le sarcasme, sans dépasser les limites. Les principales victimes de se côté sadique de la demoiselle sont les adages. Elle n'a jamais crû à tout ces proverbes qu'elle trouve déraisonnable, sans utilité aucune. « La fin justifie les moyens », « Qui aime bien châtie bien », toutes ces citations philosophies ne sont que balivernes pour elle, et c'est avec un malin plaisir qu'elle les tourne en dérision. Sûrement, sur ce point-là, elle peut sembler sans coeur ou sans cervelle, au choix, or c'est tout le contraire. Elle demeure impulsive, et il est vrai qu'elle agit par moment, sous l'urgence, sans réflechir, laissant les émotions prendre le dessus, l'emportant sur la raison. C'est pour cela qu'elle ne comprend pas les adages : ils ne sont pas applicables à la vraie vie, pas si on se base sur les sentiments, les émotions. Mais vouloir lui expliquer le contraire relève de l'impossible, la demoiselle étant plus têtue qu'une mule ; mieux vaut avoir de bons arguments, et une infini patience. Du calme, aussi, bien qu'elle ne soit ni agressive, ni violente. Etrange ? Pas vraiment, car elle est malgré tout manipulatrice et calculatrice, ce qui lui permet de garder un certain contrôle sur ce qu'il se fait ou se dit autour d'elle. C'est une femme, et les femmes ne sont pas toutes tendres sous leur carapace. Essayez de comprendre la réelle nature de Jaymes, et vous pourrez constater que c'est bien plus que compliqué... Déroutant.


    { Physique :
    Bien que la demoiselle ait vécu dans un continent des plus ensoleillés, son corps ne s'est jamais assimilé au moule auquel les autres filles de son âge s'étaient formées. Ces jeunes femmes à la peau dorée, silhouette élancée et musclée par le sport, cheveux longs, blonds et brillants, ce cliché de la femme sportive et glamour... Cela ne correspond pas à Jaymes, loin de là. Se peau est blanche, presque translucide, sans aucune tâche de rousseur, trace de cicatrices, ou autres hématomes. Une peu blanche intacte contrastant avec la noirceur d'une longue chevelure lisse. Il y a de ça quelques années, Alice avait tenté de colorer les cheveux de sa fille en leur appliquant une teinture blonde. Cela rendit la fillette plus grande, en accentuant ce petit quelque chose de masculin sur son visage. Celui-ci est pourtant composé de traits doux : un front large, des sourcils disciplinés de nature, un nez finissant légèrement en trompette, relevé. Ses joues sont un peu creuses, marque de sa maigreur, sans que celle-ci soit alarmante. Elle ne semble pas exceptionnelle, du haut de son mètre 68. Juste curieuse, ces grands yeux verts sautant d'un objet à un autre, d'un individu à l'autre, scrutant tous les détails qui sont à même à l'intéresser. Pas chance pour elle, ses yeux et son visage ne sont pas très expressifs, seuls les grandes émotions perçant le masque aimable et affable qui lui sied dorénavant à merveille. Non, la jeune femme ne rougit pas au premier compliment, et ne décoche non plus de regards assassins par millier. Un air intelligent et doux, parfois espiègle, laissant entendre une quelconque ruse, il est difficile de comprendre ce qu'il se passe dans la tête de cette brunette, sa réservation allant jusqu'à dans sa démarche. Posée et discrète quand elle ne trébuche pas, Jaymes se fond vraiment dans la masse, ne souhaitant pas être au centre de l'attention. Sa poisse quotidienne le mettant par elle-même dans des situations délicates plusieurs fois en une même journée. Heureusement pour elle, l'intelligence qui se reflète dans ses yeux la préserve un tant soit peu de dommages pis que ceux créés par son irrécupérable maladresse. Ce regard lui confère notamment une sincérité crédible ; la demoiselle est une mauvaise menteuse, elle ne peut pas cacher la vérité : ses yeux se troublent, le regard devient fuyant, la trahissant ainsi. Il lui suffit juste d'être prise par surprise pour paniquer et perdre tout contrôle, et entraîner ainsi une catastrophe liée à... Sa poisse. Alors surviennent les manies et tics nerveux, comme celui de lisser une mèche de cheveux, se tordre les mains, ou se mordre la lèvre inférieure, légèrement plus pulpeuse que la supérieure, toutes deux bien roses et pleines.


    { Famille & Origine(s) :
    Fille unique, les parents de Jaymes sont divorcés depuis 17 ans, quand le nouveau né avait moins d'un an. Jusqu'à présent, la jeune fille vivait avec sa mère Alice et le petit ami du moment en Océanie. En échange de quoi, elle passait ses vacances d'été en compagnie de son père, à New York City. L'adolescente est donc américaine, bien qu'elle ait des origines australiennes.


    { Histoire :
    Assise côté fenêtre, fixant l'horizon bleu, la mer transparente turquoise, Jaymes laissait aller ses pensées sur ce qu'avait été sa vie en Océanie. Sa vie jusqu'à présent.
    Vivre seule avec sa mère, c'était quelque chose. Surtout quand cette mère est Alice Handwell, un belle australienne brune qui n'a malheureusement pas la tête sur les épaules. Depuis toute petite, Jaymes avait vu déambuler sous ses yeux nombres de conquêtes masculines de sa mère. Cette femme était frivole, sans aucune organisation, vivant presque au jour le jour. C'était un cas, tout simplement. Être organisatrice de mariage a dû lui tomber sur la tête ; cela expliquerait tout. Oui, vivre seule avec Alice relevait de l'exploit, car cela revenait à vivre seule, tout en diminuant les dégâts financiers qu'Alice créait avec ses fantaisies. Plusieurs fois, Jaymes s'était demandée comment sa mère pouvait avoir un tel emploi, car elle était tout sauf... organisée. Mais cela avait apporté à la petite Macbeth, qui s'avérait être plus mature que la moyenne. Les absences répétées de sa mère, partie aux quatre coins de l'Océanie pour vérifier le déroulement de la cérémonie de mariage, avaient forcé la brunette à se débrouiller seule, les voisins et la baby-sitter ne pouvant survenir à ses besoins aussi fréquemment que voulu. Jaymie s'était donc investi dans les études, et quand elle fut en âge d'entrer au collège, ce fut la littérature qui la passionna. Elle apprit peut à peu à cuisiner, s'occuper de l'appartement et de Punkie, le Sacré de Birmanie de sa mère. Au collège, Jay' était à l'aise, dans un petit groupe de filles, s'entendant plutôt bien avec le reste de la classe malgré sa timidité. Bonne élève, bonne camarade de classe, bonne amie, elle n'était pourtant pas une élève parfaite, encore moins une petite fille modèle : la poisse l'habitait déjà. Elle ne pouvait pas se lever sans se cogner contre une table ou contre l'estrade, entraînant avec elle quelques camarades. Sans parler des cours de sport, durant lesquelles ses compagnons de jeu éviter soigneusement sa trajectoire. Ce fut quand elle s'assomma en envoyant le ballon de basket vers le panier que le professeur eut enfin pitié d'elle et l'autorisa à rester sur le côté du terrain plus longtemps qu'on ne l'aurait permis. Inutile de préciser que malgré le mauvais effet que cette moyenne basse faisait dans son bulletin, la collégienne était plus que soulagée d'échapper à cette torture. Elle n'avait jamais été douée en sport, quelque soit l'activité sportive. Même courir lui était difficile, qu'elle se concentrât sur ses pieds ou non n'y changeait rien. Soit elle se faisait un croche-pied, soit elle heurtait un lampadaire, une poubelle ou une boîte aux lettres. Tout ce qui était sur son passage et qu'elle ne voyait pas, ses yeux verts fixés sur ses chaussures. Mais ceci était encore de la crème comparée aux épreuves qu'elle endurait chaque été à New York City, chez son père.
    Fleuriste, Robert Macbeth reportait tout l'amour qu'il avait éprouvé pour Alice sur Jaymes. Chaque été, quand elle se rendait chez lui à NYC, elle était choyée, gâtée, mais connaissant la raison de cet amour excessif, elle n'osait pas en profiter, et retournait la situation. C'était Robert qui était chouchouté, ne s'occupant de rien à la maison, sa fille nettoyant et préparant les repas, s'occupant des soirées entre père et fille en fonction de leurs goûts communs. Le reste du temps, il était à la boutique et elle chez lui, lisant ou visionnant des films, rendant visite à des amis ou connaissances qui n'étaient pas sortis de la ville pour les vacances. Une existence simple, tranquille, ponctuée par les seules critères que demandent toutes existences sur terre. Quelques petits défis, des questions, des envies et de contrariétés. Et des dangers liés à la maladresse de la jeune fille.
    Réprimant un sourire, Jaymes se remémora le jour où son père lui avait appris qu'il l'avait inscrit au code. Elle avait 16 ans, et en Amérique c'était l'âge légal pour conduire une voiture. Elle avait obtenu son permis au bout de 100 heures de leçons, et était venue à bout de sa maladresse. Elle était tellement fière d'elle-même qu'elle aurait explosé d'orgueil, si la prudence ne lui avait rappelé que les accidents étaient toujours possibles, avec ou sans permis. Néanmoins, aujourd'hui encore, elle ne pouvait ignorer le pincement au coeur quand elle regardait la Volvo que ses parents lui avaient acheté -il était clair que son fleuriste de père n'avait pas les moyens pour lui acheter une telle voiture, et Jaymie soupçonnait même Christopher, le nouvel petit ami d'Alice, avait donné un gros coup de main. C'était probablement le plus beau des cadeaux qu'elle ait eu, et elle bichonnait cette voiture plus que tout. Son seul regret à son sujet avait été de ne pouvoir l'emmener avec elle en Océanie. Qu'à cela ne tienne, le problème était à présent résolu !
    Poussant un soupire, la demoiselle s'installa confortablement sur son siège, fermant les yeux, se laissant envoûter par la musique de son mp3. ela faisait une semaine qu'elle avait reçu l'admission à l'Université Yale, au Connecticut, appartenant à la Ivy League, elle-même composée des dix plus grandes universités de New York. Acceptée dans l'école professionnelle d'Arts Dramatiques, Jaymes pense pouvoir réaliser un rêve de jeune fille. Après avoir tout convenu avec ses parents, elle quittait l'Océanie pour se diriger vers New York City, où elle vivra dorénavant, du moins le temps de finir ses études à Yale, travaillant en tant que photographe au New York Times pour pouvoir apporter des bénéfices à sa bourse d'étudiante. Une nouvelle vie s'offrait à elle, dans cette grande ville qui allait être la sienne. Personne, pas même elle, n'aurait pu savoir dans quel pétrin elle allait encore se fourrer, dans la ville la plus dangereuse et la plus réputée pour être un nid de mutants, ces êtres que Jaymes enviait tant.

______________________________________________________________________


__» Just a smile... Perfect ! M y s t e r i o u s L a m b
avatarRaziel BalgorAdmin • X-Men
Date d'inscription : 08/01/2007
Nombre de messages : 919
Age : 26

Feuille de personnage
Niveau:
Race:
Pouvoirs:
MessageSujet: Re: Jaymes I. Macbeth
Dim 27 Juil - 19:04

Bienvenue !


Tu es validée. A toi de te faire une place au milieu de tous ces mutants ;).

______________________________________________________________________



Merci Franouuu ! Et viveuh le bleu ! A bas le rouge !
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Jaymes I. Macbeth


Jaymes I. Macbeth

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Kristen Jaymes Stewart
» Culture
» Let's bet them - Jayden
» Critique de Mirty ~ Macbeth
» third act, the prestige (macbeth)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
M A R V E L . E V O L U T I O N ::  :: Création des personnages :: Se présenter :: Fiches des anciens-
Participer

» Proposer une intrigue
» Créer un prédéfini
» Voter pour ME
» Plus...
Personnages

» Fiches personnages
» Modifier mon personnage
» Système des niveaux
» Plus de liens utiles...
Groupes

» Groupes & Affiliations
» Journaux de Bord
» Panneau d'Affichage
» Plus de liens utiles...

Marvel Evolution © 2006 - 2013
Version 8 - Voir les Crédits.
Navigateur conseillé : Google Chrome.