M A R V E L . E V O L U T I O N
Axelle K. Charmet [Terminé ! ]
RSS
RSS
Une fois votre fiche de personnage, journal intime, relationship et gestion des RPs de créés,
copiez les liens des pages, et collez-les dans votre Profil dans les champs appropriés.
Les joueurs auront directement accès aux informations de votre personnage.
Signalez vos absences à vos amis en allant dans votre Profil et en indiquant la durée.
Les joueurs seront ainsi informé de votre inactivité.
Utilisez la liste des liens utiles pour naviguer rapidement sur le forum.
Après validation, si vous souhaitez modifier votre personnage (race, pouvoirs...),
veuillez suivre les indications données.
Si vous rencontrez sur le forum un membre que vous n'appréciez pas et vous que aimeriez éviter,
allez dans la gestion des "Amis & Ignorés" dans votre profil.
Lisez attentivement le scénario Civil War afin de comprendre la situation actuelle du jeu.
Dans le jeu, vous avez connaissance de certaines informations concernant les autres groupes,
mais votre personnage lui n'est pas censé connaître ces informations (missions, lieux de rencontre, membres...).
N'abusez pas de toutes ces informations qui vous sont partagés, restez CRÉDIBLES.
Vous devez respecter la logique du niveau de votre personnage comme ça l'est indiqué dans le sujet
Système des Niveaux, dans ce même sujet, vous avez toutes les infos concernant les pouvoirs.
Les multi-comptes sont autorisés pour vos personnages inventés.
Toutefois, vous n'avez droit qu'à un seul personnage Marvel par joueur.
Lorsque vous souhaitez changer d'affiliation, faites-en la demande dans le sujet des Groupes.
Arrivé au niveau 3, les apprentis devront passer une épreuve finale (examen),
accompagné d'un ancien. En savoir plus.
Consultez le lexique pour connaître l'origine de certains lieux, objets...
Veuillez remplir le formulaire de votre Profil et de la Feuille de Personnage.
Consultez régulièrement le Panneau d'Affichage des affiliations pour être tenu informé de leurs activités.
Vous pouvez participer à la vie du forum et aider le Staff à améliorer l'organisation.

Partagez|

Axelle K. Charmet [Terminé ! ]

<
avatarAxelle K. Charmet
Date d'inscription : 12/02/2009
Nombre de messages : 9
Age : 24
MessageSujet: Axelle K. Charmet [Terminé ! ]
Sam 14 Fév - 16:00

~ Qui suis-je ? ~
[Une tarée échappée d’un asile, peut-être...]


Nom : Charmet

Prénom : Axelle Ketty (mais appelez moi Axelle sinon je me fâche!)
Pseudo : Aucun pour le moment.

Âge : 19 ans (née le 4 Juin 1989). Techniquement parlant, je suis majeure, parce que Française (et à ce que je sache, en France, on est majeur à 18 ans !).

Race :
Mutante

G
roupe :
Neutre


~ Comment suis-je ? ~
[Différente, sans aucun doute...]

Caractère : Mon caractère ? Si les gens croient me connaître, ils se bernent totalement, je suis tellement changeante que même mes parents n’arrivent pas cerner mon caractère ! Effrayant, non ? Mais je vais faire un effort (parce que je suis gentille... en ce moment, tout du moins ^^).
Avec les gens que j’apprécie, je me révèle être une personne tout à fait adorable, avec un grand sens de l’humour et une grande tolérance. J’aime bien m’amuser, aussi je passe pas mal de temps avec des gens de mon âge à faire la fiesta jusqu’au bout de la nuit, quand je ne suis pas de service. Je n’aime pas me prendre trop au sérieux : la vie est déjà assez morne pour qu’on n’en rajoute une couche ! Je suis une fille qui s’assume parfaitement, c’est pourquoi mes amis voient en moi une éternelle fêtarde et blagueuse sans se douter que je peux me révéler totalement différente.
Avec ceux que je n’aime pas, je suis une peste, un poison, un calvaire. Têtue, je peux passer des heures à planifier un plan visant à faire de la vie d’un quelconque individu un enfer ! Si jamais je n’y arrive pas, je continue ! Je suis une sadique, Adam en fait l’expérience. Je peux me montrer d’une cruauté étonnante avec mes ennemis, m’incrustant sournoisement dans leur quotidien pour les effrayer constamment, sans qu’ils ne sachent d’où viendra la prochaine attaque. Cruelle ? Oui, avec les humains anit-mutants. Ceux qui ne m’ont rien fait n’ont aucune raison de s’inquiéter.

J’ai l’esprit de compétition et adore les défis, ne pas négliger ce point. J’adore les défis, le danger. On peut parfois me voir marcher pieds nus sur le toît d’un immeuble, à moitié dans le vide, où encore traîner à des heures impossibles dans des lieux que même les plus braves éviteraient. Je n’ai pas peur de grand chose : je sais que mes pouvoirs me protégerons, mais étant d’un natrel méfiant, je ne me résous pas pour autant à me séparer de mes armes qui m’accompagnent partout. Mon père m’appelais « casse-cou ambulant » et avait prit l’habitude de me voir rentrer avec des blessures dues à mes différentes frasques.
Je ne suis pas non plus une rêveuse. J’ai les pieds sur terre et ne me fais pas d’illusions sur le monde. Je sais que les gens sont cruels entre eux, que c’est la loi du plus fort. La vie est une jungle et j’aime à m’y battre. Pas de pitié avec les lâches.

Un dernier point : pour moi, l’amour est juste un moyen parmi tant d’autre d’affaiblir les gens et de leur faire croire que tout est beau, tout est gentil, pour cacher le côté immonde de la vie. Je déteste l’amour. Ca ne sert à rien sauf à souffrir. Or je pense avoir assez souffert.

Description physique :
Je suis pas mal, ne jouons pas avec les mots et disons le franchement ! J’ai la peau légèrement hâlée par les heures que je passe au soleil. Du haut de mon mètre 76, je me mêle assez facilement à la foule sans pour autant paraître ni naine ni géante, ce qui m’arrange bien. De morphologie mince, je suis une de celle que l’on déteste pour pouvoir manger autant de cochonneries que j’en ai envie sans prendre un gramme (ce qui a tout de même des inconvénients car quelques uns arrivent me demandent si je suis anorexique, vu ma minceur). Rapport aux formes, on va dire que j’ai ce qu’il faut là où il faut, avec une plastique parfaite pour attirer les hommes.
Je fais beaucoup de sport, afin d’entretenir la forme, ce qui m’a modelé, au fur et à mesure du temps, une silhouette agréable au regard mais suffisamment forte pour encaisser les coups sans que tombe dans l’inconscience avec une petite gifle.
Mon visage est charmant, typiquement féminin. Quelques tâches de rousseur dorée sur les joues, si discrètes que peu de personnes les voient, des grands yeux d’un bleu tendre à en rendre un iceberg aussi mou qu’un chamalow, je tiens de ma mère un physique qui en est presque indécent. Mon visage ovale est encadrée par une cascade de cheveux couleur chocolat tombant en douces ondulations sur mes reins.
Que dire d’autre ? Pas grand chose, à vrai dire... Ah si, j’ai une cicatrice derrière l’épaule droite et une salamandre tatouée sur ma hanche droite.



~ Qu’ai-je donc vécu pour être celle que vous voyez ? ~
[Pas mal de choses, à vrai dire !]

Famille & Origine(s) :
Je ne suis pas orpheline, ne vous en faites pas ! Ni orpheline, ni enfant battue ou abandonnée lâchement par mes parents. On se contentera d’une famille divorcée, ce qui se révèle assez banal.
Ma mère s’appelle Angeline Mettson, anciennement appelée Charmet, et est directrice des ressources humaines dans une société privée qui gère la construction de voitures Ford en Chine (la vague du « Made in China » vous connaissez ?). Après avoir divorcé de mon père, elle a épousé un chic type : Roy Mettson, Américain. Aujourd’hui, elle vit à Paris, dans un appartement plutôt classe, avec ma demi-sœur, Lara, âgée de deux ans.
Mon père est Edward Charmet, adjoint du directeur d’une boîte de construction d’ordinateurs Dell. Il vit en Haute-Savoie avec son chien, seule créature qui soit toujours restée avec lui, quoiqu’il arrive. Triste, non ?
Ah oui, j’ai un grand frère, Christopher, de 24 ans. Il est en fac de médecine, près de Montpellier. Pas grand chose d’autre à dire à son sujet à part que je l’adore et que je le lui rend bien...
Je suis née à Paris et suis Franco-Française (;)). J’ai vécu dans une maison aux alentours de Paris jusqu’au divorce de mes parents. Après quelques mois à vivre seule avec ma mère et son nouveau jules, j’ai emménagé avec mon père, en Haute-Savoie, ne supportant plus le caractère revêche d’Angéline.

Histoire : 24 Décembre 1979 : c’est lors d’une réception organisée par la boîte de mon père à laquelle ma mère avait été invitée en tant que directrice des ressources humaines de sa boîte, que mes parents se sont rencontrés. Entre eux s’est installée une franche amitié.
Au fil des semaines, Angéline s’est rendue compte qu’elle appréciait un peu trop ce grand brun au regard charmeur et aux attentions touchantes. Et Edward s’est entiché de cette femme blonde aux yeux verts impressionnants, qui ne baissait jamais les bras, quelque soit la situation. Ah l’amour ! (Le début de la fin...)
Ils sont sortis ensemble, se sont installés dans un joli appartement parisien et se sont mariés.
Pour cimenter leur union, deux ans plus tard, leur premier enfant est né : Christopher, dit Chris. Quand ma mère fut enceinte de moi, la famille Charmet déménagea dans une petite maison fort sympathique afin d’avoir assez de place pour m’accueillir. Et c’est le 4 Juin 1989 que j’ai fait mon entrée fracassante dans la famille Charmet et clamé, à grands renforts de hurlements stridents, que la Terre portait une enfant de plus. Mes parents étaient ravis, ils m’adoraient, me vénéraient, me choyaient plus que leur propre vie, mais il paraît que c’est normal.
Née dans un petit hôpital Parisien, j’ai vécu mes premières années dans une petite maison bourgeoise située dans les alentours de Paris.


Comme toutes les gosses de mon âge, je vénérais mon grand frère, mais plus encore mon père (ce héros !). Mon frère était normal, me tirait les cheveux, me racontait des histoires terrifiantes afin de me terroriser et m’empêcher de dormir, bref, la routine. Ma mère était rarement à la maison, mais étant toute gosse, je ne m’en souciai pas, trop occupée à m’amuser avec mes copines et espionner mon frère dont j’aimais secrètement le meilleur ami. Mon père, lui, revenait le soir en nous apportant à chaque fois des petites friandises. Son retour à la maison était toujours synonyme de fête, pour moi.
La vie s’est rapidement organisée : on était une famille normale, avec des
comportements normaux dans une ville normale. Quoi de plus chiant ?

A mon adolescence, j’ai commencé a être rebelle aux ordres parentaux. J’ai donc eu mes crises, à hurler contre mes parents qu’ils me détestaient, que je les détestais tout autant, que je me tirerais un jour et que je reviendrais jamais, jamais, jamais... La vie suivait son cours !

Un détail : j’adorais toujours autant mon frère qui ne cessait de me hurler dessus, comme un grand frère se doit de le faire.

Peu après mes treize ans, mes parents se sont rendus compte qu’ils s’aimaient comme des amis, mais pas comme des époux. Avec le départ précipité de Chris de la maison pour la fac de médecine, à Montpellier, le processus s’est accéleré. On passe de la famille unie et aimante à la case tribunal pour finir en tant que famille décomposée, comme j’aime à le dire.
Mon père est donc allé s’installer en Haute-Savoie, bien trop loin de Paris pour que je puisse le voir facilement. Une routine s’est installée : le week-end, je prenais le train pour aller le voir, ainsi que pendant les vacances, supportant de moins en moins ma mère.
Avec le divorce de mes parents, j’ai commencé à fumer avec mes amis, à aller à des fêtes pour ne rentrer chez moi que le lendemain matin, affrontant les hurlements hystériques de ma mère. J’étais une enfant de couple divorcée rebelle à toute forme d’autorité. La panoplie de l’ado qui fait vivre à ses parents un enfer.

J’avais 14 ans quand je me suis rendue compte que j’étais « différente » sans toutefois savoir ce que j’étais. Assise sur un banc dans une des rues du faubourg saint-Germain, je fumais une cigarette avec mon petit copain de l’époque (un certain Benjamin, je crois) quand un grand type dans le genre racaille est venu nous chercher des ennuis, avec des idées pas très nettes derrière la tête. Avec Ben, on a fait comme si de rien n’était, ignorant ce type royalement, ce qui eut le don de le mettre hors de lui. Les copains de ce type arrivèrent ensuite à la rescousse de leur ami afin de nous régler notre compte. On sentait la baston venir, mais savait que nous n’étions pas assez forts pour faire face à ces abrutis, aussi violents que nous étions.
Les types ont ensuite commencé à frapper. D’abord Ben, pendant que je leur hurlais d’arrêter en leur envoyant quelques coups de pieds bien placés. Terrorisée par la vue de Ben qui ne bougeait plus, par terre, j’ai souhaité que quelque chose arrête nos agresseurs, que celui qui s’acharnait sur mon copain se blesse, qu’il se mette à saigner et hurle de douleur, de manière à oublier de nous achever. Etrangement, c’est ce qui s’est passé : je venais à peine de souhaiter de le voir saigner, de manière à ce qu’il n’ait plus de force pour frapper Ben quand une plaie béante s’ouvrit au dessus de son nombril.
Le type a hurlé de douleur. Ses potes nous ont oubliés et ont emmené vite fait le blessé à l’hôpital, effrayés et ne comprenant rien à ce qui se passait. Moi, si j’ai comprit quelque chose, c’était que j’étais spéciale. Tout aussi terrorisée, j’ai bondit vers Ben afin de voir si il était toujours vivant (vu la manière dont il s’était fait frapper, n’importe qui aurait eu des doutes quant à ses chances de survies).
J’ai appelé une ambulance, complètement paniquée, et ai raconté ce qui s’est passé, sans préciser comme je m’étais débarrassée de nos agresseurs. Je m’en sortais avec une côte fêlée, un œil au beurre noir et un pouce cassé. Ben allait bien aussi, mais avait juste été cogné un peu plus fort que moi.
Et cette certitude s’imposa à moi : j’étais spéciale.

Effrayée par ce que j’étais, j’ai rompu avec Ben (si on peut dire rompre quand on a 14 ans !) et me suis écartée de tous, m’enfermant dans la solitude. Parallèlement, ma mère me tapait sérieusement sur le système, je la supportais de moins en moins. Aussi alignais-je toutes les conneries possibles et imaginables afin de faire de sa vie un enfer pour qu’elle m’envoie chez mon père que je mourrais d’envie de retrouver (il était toujours mon héros tandis qu’Angéline s’enfermait dans le rôle de la Reine cruelle et sadique).
Et enfin j’ai réussi : ma mère a craqué et m’a envoyée vivre en Haute-Savoie. J’avais presque quinze ans.

Dans ma nouvelle maison, tout me semblait parfait. J’adorais mon père et passais des moments géniaux avec lui. Mes notes au lycée remontèrent en flèche, je me fis des amis géniaux, sortais avec un type sympa appelé Adam. Là-bas, je n’ai jamais caché à mon père que j’étais « étrange ». Il m’apprit alors que, comme lui, j’étais ce que l’on pouvait appeler Mutant, des sortes d’humains plus évolués développant des pouvoirs parfois étonnants. Ainsi, avec cet homme qui était comme moi, je pouvais être moi-même. Je n’ai pas non plus caché à mes amis que j’étais spéciale. Au début, ils eurent peur, mais ils se sont vite faits à l’idée que jamais je ne leur ferait de mal, tenant bien trop à eux. Puis Adam eut son bac et s’est rendu à Reims pour ses études. Nous étions toujours ensemble.

Puis j’ai eu seize ans, et après dix-sept. Cet été précis, je comptais faire la
surprise à Adam et le retrouver à Reims, histoire de passer du temps avec lui. J’avais tout organisé, j’avais une chambre d’hôtel, mon père était prévenu, ma meilleure amie me soutenait. Une fois à son appartement, j’ai frappé à la porte et ai attendu, fébrile, qu’il ouvre la porte. Quelle surprise il aurait !


Dernière édition par Axelle K. Charmet le Dim 15 Fév - 16:55, édité 3 fois
avatarAxelle K. Charmet
Date d'inscription : 12/02/2009
Nombre de messages : 9
Age : 24
MessageSujet: Re: Axelle K. Charmet [Terminé ! ]
Sam 14 Fév - 16:11

Pourtant, la surprise, ce fut moi qui l’eut. C’est une fille qui a ouvert. Au début, je n’ai pas pigé. Qui était cette grande blonde aux allures vulgaires dont le maquillage coulait sur ses grands yeux bleus ? Une camarade d’uni, peut-être ? Puis Adam est arrivé et j’ai pigé que je n’avais plus ma place dans sa petite vie d’Américain bourge et friqué. Quand je lui ai demandé pourquoi, il m’a dit qu’il n’arrivait pas accepter le fait que j’étais une mutante, que je l’avais toujours tellement terrorisé qu’il n’avait pas osé me plaquer, persuadé que j’en finirais avec lui si jamais c’était le cas. Ce soir-là, j’ai tout entendu : j’étais un monstre, effrayante, une erreur de la nature... Alors j’ai détesté les humains. Et Adam en premier. Ce soir-là, j’ai failli le tuer, comme il le craignait. Il a fini à l’hôpital, dans le coma.
Heureusement pour moi, sa copine n’a rien pigé à ce qui s’était passé et a détalé en voyant le visage d’Adam couvert de plaies, perdant tout de son charme. Je suis alors retournée en Haute-Savoie, retournant à ma vie tranquille, cultivant secrètement ma haine contre les humains.

Je n’avais plus confiance en personne, je haïssais le genre humain, l’accusant de tous les malheurs qui s’abattaient sur moi. Les seules personnes en qui j’avais confiance étaient ma famille, qui avait depuis longtemps accepté mes différences, ainsi que quelques uns de mes amis, qui ne se souciaient pas du fait que j’aurais pu les tuer facilement. Puis j’eus seize ans, dix-sept et enfin dix-huit ! La liberté ! J’ai soufflé mes 18 bougies, passé avec succès mon bac me permettant de me rendre dans de bonnes universités.

Entre temps, Adam était guéri et avait émigré aux Etats-Unis. Le rendant coupable de tout, lui plus que tous les autres, j’ai donc demandé à mes parents de m’aider à financer mes études aux Etats-Unis, dans une université de New-York, dans l’espoir d’en ressortir avec un master pro pour devenir restauratrice d’art. Ils ont accepté et j’étais partie, à peine âgée de 18 ans, aux Etats-Unis, à la recherche de celui qui m’avait menti durant des années, avec la seule idée de me venger et de le faire souffrir.
Ainsi donc, j’ai emménagé à New York dans un petit appartement minable, trouvé un emploi pourri de serveuse dans un bar afin de faire un peu l’argent, histoire d’arrondir les fins de mois (manger des patates tous les soirs, franchement c’est pas mon truc). Deux mois après mon arrivée ici, j’ai retrouvé Adam. Il était venu boire un verre avec une de ses conquêtes dans le bar dans lequel je travaillais. Quand il m’a vu, j’ai cru qu’il allait faire une crise cardiaque. Pourtant, trop fier, il n’a rien fait et tenu le choc. Il a donc bu son café avec sa copine sous mon regard sadique.
Quand il est sorti, j’ai vu ses tremblements. Je le terrorisais toujours autant. Parfait ! Aussi, dès ce jour, je joue avec les nerfs de ce pauvre Adam afin de le voir craquer, le faisant tourner en bourrique avec une détermination que je n’ai jamais connue.
Pas mécontente d’avoir retrouvé cet enfoiré et de faire de sa vie un calvaire quotidien, je n’oubliais cependant pas ma motivation première, elle qui m’avait convaincue de déménager aussi loin de mon « chez moi » : rencontrer d’autres mutants, comme moi, et me venger des humaines tels qu’Adam.



Pouvoirs :

Mental Blast : Permet d’infliger des douleurs et des dégâts par une attaque mentale.

Niveau 1 : En plongeant dans les souvenirs de ma victime, j’arrive à leur insuffler la peur, de l’intérieur, et leur infliger des blessures et douleurs peu graves qu’il a déjà subit dans son passé. Mes pouvoirs ne se manifestent que lorsque je me met vraiment en colère ou que je crève de trouille.

Niveau 2 : Je crée des délires chez ma victime en lui faisant deviner quel va être son sort et créer des blessures, toujours issue des souvenirs, bien plus importantes.

Niveau 3 : Je peux désormais créer mes propres blessures chez mes victimes, sans me référer à leurs souvenirs, mais cela me demande beaucoup d’énergie.

Niveau 4 : Je peux créer des blessures aussi graves que j’en ai envie, rouvrir d’anciennes blessures, leur faire deviner ce qui les attend sans me sentir fatiguée.

Lien entre les pouvoirs : Aucun, vu qu'il n'y a plus qu'un !

Armes : Un SIG 9 mm et un .444 Marlin. Je sais, je sais... avec mes pouvoirs, je pourrais assurer ma sécurité en cas de situation délicate, on me l’a déjà dit, mais je préfère ne pas prendre trop de risque en ce qui concerne ma survie !

Autres : Je déteste les M&Ms mais suis droguée aux Maltesers :)!

Personnage : Droit sorti de mon imagination.

C
élébrité sur l'avatar : Sophia Bush.

D'autres personnages ? Maëva (Kareyton).

Codes des règles : Cyclope – Apocalypse – Cardiac. (J’ai aussi trouvé qu’ il fallait mettre « Avenger » dans la fiche de présentation...)


Dernière édition par Axelle K. Charmet le Ven 20 Fév - 12:07, édité 3 fois
avatarLe Celte
Date d'inscription : 27/07/2006
Nombre de messages : 1330
Age : 28
Doublon : Master Mutant 2

Feuille de personnage
Niveau:
Race:
Pouvoirs:
MessageSujet: Re: Axelle K. Charmet [Terminé ! ]
Sam 14 Fév - 16:14

Malheureusement tes pouvoirs n'ont pas de lien, ton mental blast agit sur la psyché alors que ton healing agit sur le physique; il n'ont pas de facteur commun..

______________________________________________________________________



+Who wants to live forever when love must die?+

Spoiler:
 

avatarAxelle K. Charmet
Date d'inscription : 12/02/2009
Nombre de messages : 9
Age : 24
MessageSujet: Re: Axelle K. Charmet [Terminé ! ]
Sam 14 Fév - 16:16

J'en supprime un, c'est plus simple.
avatarLe Celte
Date d'inscription : 27/07/2006
Nombre de messages : 1330
Age : 28
Doublon : Master Mutant 2

Feuille de personnage
Niveau:
Race:
Pouvoirs:
MessageSujet: Re: Axelle K. Charmet [Terminé ! ]
Sam 14 Fév - 16:40

Tu es bien consciente évidemment que tu n'useras jamais de ton pouvoirs pour tuer d'un seul coup un autre joueur? Dans ce cas est-il vraiment important de dire que tu peux le faire?

______________________________________________________________________



+Who wants to live forever when love must die?+

Spoiler:
 

avatarAxelle K. Charmet
Date d'inscription : 12/02/2009
Nombre de messages : 9
Age : 24
MessageSujet: Re: Axelle K. Charmet [Terminé ! ]
Dim 15 Fév - 17:28

J'ai a nouveau modifié ma fiche, j'espère que ça convient mieux, désormais ! ;)
avatarLe Celte
Date d'inscription : 27/07/2006
Nombre de messages : 1330
Age : 28
Doublon : Master Mutant 2

Feuille de personnage
Niveau:
Race:
Pouvoirs:
MessageSujet: Re: Axelle K. Charmet [Terminé ! ]
Ven 20 Fév - 12:11

Ok je te valide!

Quand tu le souhaiteras, tu pourras te choisir un camp.

Pour aller chez les X-Men:
Tu devras aller à l'école des X-Men et t'inscrire ! (clique ici)
Tu devras apprendre à contrôler tes pouvoirs qui apparaîtront au fur et à mesure de ton aventure, jusqu'à tes 300 messages !



Pour aller chez les Mauvais Mutants:
Tu devras aller à la base de la Confrérie des Mauvais Mutants et y adhérer ! (clique ici)
Tu deviendras alors un Apprentis Mauvais Mutant jusqu'à tes 300 messages !


Lien utile: Le système des niveaux

Voila, ton perso peux rester neutre autant de temps que tu le souhaiteras, je te souhaite un bon jeu parmi nous ^^

Enjoy!

______________________________________________________________________



+Who wants to live forever when love must die?+

Spoiler:
 

Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Axelle K. Charmet [Terminé ! ]


Axelle K. Charmet [Terminé ! ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» (axelle) ? Je suis les Guns'n'Roses, trésor, j'ai un appétit pour la destruction. [terminée]
» [Terminé] Un bon petit film [Emma]
» .~oO Cloud D. Cross | The Ashbringer Oo~. [ Retouches terminées]
» Hermione Granger ( terminée)
» 101 TH AIRBORNE (Armée terminée en 1 semaine de quickpainting)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
M A R V E L . E V O L U T I O N ::  :: Création des personnages :: Se présenter :: Fiches des anciens-
Participer

» Proposer une intrigue
» Créer un prédéfini
» Voter pour ME
» Plus...
Personnages

» Fiches personnages
» Modifier mon personnage
» Système des niveaux
» Plus de liens utiles...
Groupes

» Groupes & Affiliations
» Journaux de Bord
» Panneau d'Affichage
» Plus de liens utiles...

Marvel Evolution © 2006 - 2013
Version 8 - Voir les Crédits.
Navigateur conseillé : Google Chrome.